Google Keen : la recherche augmentée

Google lance ce jour un nouveau réseau social nommé Keen. Celui-ci se présente comme un board de recherches de contenus web assisté par intelligence artificielle. Et ce nouveau venu a du potentiel.

La recherche sans mots clés

Lors de la création d’un Keen vous commencez par choisir un mot clé pour fixer son thème. Mais c’est la seule fois ou vous aurez à faire une recherche classique par mot clé. L’outil se charge ensuite de tout. Plutôt qu’une recherche large, il vous conseille de définir un thème ou une action précise. Exemple : « faire pousser des champignons à l’intérieur », « réaliser un documentaire à propos des pizza de Portobello », « acheter une voiture hybride ».

Formulaire de création d’un Keen

A partir de cette phrase, Keen effectue des suggestions de recherches que vous pouvez sauvegarder.

Suggestions de recherche sur le Keen « Acheter une voiture hybride »

Keen se base sur les recherches que vous sélectionnez afin de générer une page de résultats sous forme de vignettes. Il propose ensuite de sauvegarder les résultats satisfaisants afin de générer automatiquement d’autres résultats plus ciblés. Un outil de veille ? Sur mon test le système a rapidement ciblé des questions du type « faut-il acheter une voiture hybride ? » à partir des résultats sauvegardés.

La page de résultats du Keen

La recherche par abonnement

Un fois votre Keen créé, un système d’alerte à fréquence paramétrable permet d’être averti de la découverte de nouveaux résultats par email. L’email n’est peut-être pas le canal de communication le plus intéressant. Mais si le succès est au rendez-vous, Keen pourrait rapidement se faire une bonne place dans les menus Google et le système de notification Android.

Paramétrage des notifications

A moyen terme une intégration dans l’application Google n’est pas a exclure. Les fonctions sont proches et si l’outil convainc les internautes, en accélérer la diffusion pourra en garantir le succès. Google n’a pas besoin d’un autre échec sur les réseaux sociaux.

La recherche semi-automatisée

D’après ce que j’en ai vu pour l’instant, Keen permet de dépasser deux limitations de la recherche sur Internet. La saisie de mots clés et l’insertion des nouveautés.

Le mot clé a toujours été un indicateur imparfait de l’intention de l’utilisateur. Les mots sont souvent trop génériques et peuvent avoir plusieurs sens dans des expressions différentes. Parfois, c’est l’utilisateur qui ne sait pas quel terme utiliser afin de décrire son intention par une association de mots clés. Surtout si cette intention est complexe ou imprécise. Et il échoue ainsi à trouver des résultats satisfaisants.

Dès 2013, Google s’était attaqué à ce problème avec Hummingbird en permettant au moteur d’interpréter une question en langage naturel. Seulement voilà, en propageant cet algorithme sans changer l’interface de saisie (le fameux champ Recherche), Google n’incite par l’utilisateur à rédiger une phrase. De mon expérience, Hummingbird génère souvent des résultats inattendus car dans son interface habituelle de recherche, l’utilisateur tape des mots clés et non une phrase. Et même si il le faisait, la saisie de plusieurs phrases de suite pour effectuer plusieurs recherches conduirait à une expérience client laborieuse.

Avec Keen, la phrase entrée dans le champ recherche n’est que le point de départ des recherches. Elle fixe l’intention initiale que l’utilisateur va pouvoir poursuivre / affiner sans avoir à re-saisir de mots clés ( keywordless search ). Il le fait simplement en donnant son feedback sur les résultats qui lui sont proposés. Il construit sa page de résultats par itération sans avoir à faire plusieurs recherches, à réfléchir à plusieurs mots clés.

La prise de feedback utilisateur sur les recherches est aussi un outil de lutte contre le spam pour Google. Les contenus spamy ou moins qualitatifs ont peu de chance d’être sauvegardés, même si ils ont été initialement cliqués par curiosité. Les feedbacks de Keen peuvent servir pour tuner l’algorithme de Google.

Cette page de sauvegarde se met à jour automatiquement, il n’a plus besoin de relancer périodiquement ses recherches préférées. Le système d’abonnement / notification greffé sur le fonctionnement du réseau social y pourvoit. Les nouveaux résultats répondant à l’intention de l’utilisateur lui sont poussés automatiquement (bientôt avec de la publicité ?) en fonction de ses recherches enregistrées. Ce système doit permettre de mieux gérer la chronologie des résultats, les recherches sont préenregistrées lorsque les contenus sont indexés. L’alerting offre comme avantage de conserver le contact avec l’utilisateur et de le maintenir actif, comme savent si bien le faire les réseaux sociaux.

Un outil de ciblage publicitaire ultra-précis

Un outil de recherche comme Keen a peu de valeur sur les recherches d’infos directes et les recherches navigationnelles. Pour la recherche d’un horaire, de la date d’un évènnement, d’un site Internet, d’une marque… le champ recherche du moteur (ou de plus en plus l’assistant vocal) conviennent parfaitement.

Keen est mieux adapté aux recherches qui nécessitent un cheminement ou une récurrence. Il peut rendre de grands services à ses utilisateurs pour ces cas ou les parcours traditionnels ne sont pas efficaces. Dans les deux cas, ce sont des recherches derrière lesquelles les intentions sont plus engageantes. Elles concernent la progression dans une intention d’achat, un centre d’intérêt habituel de l’utilisateur, un projet. Exemple : comment bien élever un chien, acheter une villa en Espagne, rénover une maison… Ces recherches se font par étape et induisent une progression.

Pour une régie publicitaire comme Google ce type de parcours a un fort potentiel de ciblage publicitaire. D’une part il y a la prise de feedback qui enrichit graduellement la connaissance client, d’autre part l’utilisateur est amené à revenir sur la plateforme par le système d’alerting. Et en assistant les utilisateurs dans leurs parcours de recherche, Keen peut l’orienter vers des requêtes mieux traitées par le moteur.

Un outil de recherche en devenir ?

Le petit nouveau a beaucoup de qualités. Il a une valeur coté utilisateur comme assistant de recherche intelligent, outil d’information thématique et même de veille professionnelle (avec la limite des contenus gratuits disponibles dans Google). Coté marketing c’est une plateforme qui collecter de l’information et maintient l’utilisateur actif. Elle permet aussi à Google d’affiner la lutte contre le spam de son moteur de recherche. Il lui faudra pour cela barrer la route aux faux comptes qui risquent d’envahir rapidement Keen afin de promouvoir des fake news.